Éditorial du ForumInfo n°8, novembre 1999

Tiens, le château de la Pacaterie est en travaux, bonne idée de préserver le patrimoine historique communal. Mais à quel prix ? En effet, ces travaux de rénovation cachent une opération immobilière qui s'apparente à du troc et qui n'a pas l'air d'être une très bonne affaire pour les finances publiques : la mairie a cédé, pour une valeur de 2 185 000 francs, 2000 m2 du terrain du château au « marchand de biens » L.G.P. Ce terrain n'a pas été payé en argent, mais par des travaux de rénovation du château de la Pacaterie. On échange donc du terrain contre des travaux. Petites questions douloureuses :

L'entreprise L.G.P effectue donc des travaux d'une valeur estimée à
2 185 000 francs. Mais le code des marchés publics oblige, pour des travaux d'une valeur supérieure à 300 000 francs, à faire un appel d'offre pour mettre plusieurs entreprises en concurrence. L'opération est-elle bien légale ?

Admettons que, par un quelconque subterfuge, elle le soit. N'aurait-il pas été cependant plus judicieux, pour une saine gestion des finances publiques, de faire jouer la concurrence pour les travaux (on aurait peut-être eu une offre à 2 000 000 de francs par exemple) et de vendre le terrain au plus offrant (on aurait peut-être eu une offre d'achat à 2 500 000 de francs) ? La mairie a-t-elle oublié les saines vertus de la concurrence dans une économie de marché ?

D'une certaine manière, si on avait voulu, dans cette opération, favoriser l'entreprise L.G.P, on ne s’y serait pas pris autrement. Mais il ne s'agit sûrement pas de ça, ce serait trop gros.

Bizarre quand même… affaire à suivre.