Publié dans le ForumInfo n°18, juin 2006

Bonne nouvelle ?
Les chambres de la résidence universitaire “Les Jardins de Fleming” seront prochainement des logements sociaux. Le Centre Régional des Oeuvres Universitaires (CROUS) les a cédées à une société HLM qui les rénovera, les transformera en habitations de 16 m2, avec kitchenette et salle d’eau individuelles.

La mairie d’Orsay soutient activement la démarche engagée (dixit le bulletin municipal d’avril 2006). En effet, par cette opération, ces 900 chambres peuvent être comptabilisées comme logements sociaux ; Orsay se rapprocherait alors des 20 % de logements sociaux exigés par la loi SRU. 

Mais de deux choses l’une : soit les chambres ainsi rénovées seront réattribuées à des étudiants, donc pas de logements sociaux supplémentaires disponibles sur la ville, soit une partie sera attribuée à des non-étudiants et donc moins de chambres pour les étudiants. Si le CROUS se débarrasse d’une partie de son parc immobilier et si d’autres résidences ne sont pas programmées dans les environs - pas chez nous bien sûr - les étudiants pourront aller consulter les annonces des 14 agences immobilières qui ont pignon sur rue à Orsay.

Bilan : pas plus de logement, et donc une opération qui s’apparente à un tour de passe-passe. Comment cela a-t-il été possible ? Quels engagements pour la ville ? Les contacts auprès de la mairie restent sans suite et les questions sans réponse.

Cette opération magique permet d’oublier qu’un logement social est destiné à accueillir des jeunes couples ou des familles, modestes mais pas insolvables, qui ne peuvent pas accéder à des logements locatifs du domaine privé. Et des besoins urgents existent : un arrêté municipal du 28 avril 2006 demande l’évacuation d’un immeuble pour “péril imminent” en raison de sa vétusté. Cela se passe dans notre entourage et qui s’en inquiète ? Comment reloger les habitants ?

Les réserves foncières d’Orsay disparaissent à la suite d’opérations certainement profitables au lobby immobilier : domaine de la Pacaterie où ont été construites 13 maisons de ville, terrain de la SERNAM près de la gare d’Orsay qui aurait pu être destiné en partie à la construction de logements locatifs… La véritable “mixité sociale” devrait permettre aux orcéens, aisés ou modestes, de se loger sans être obligés de devenir propriétaires. A t-on peur d’entrouvrir les portes de la ville ?