Le 29 Mars 2007 s'est tenu à Orsay le Conseil communautaire réunissant les délégués des 10 communes de la CAPS, Communauté d'Agglomération du Plateau de Saclay, dont la ville d'Orsay fait partie. Marie-Hélène Aubry, Maire d'Orsay, a participé à ce Conseil, et son activité durant les 4 heures du Conseil s'est répartie à peu près comme il suit :

    - un tiers du temps de participation effective aux débats du Conseil
    - un tiers du temps d'absence
    - un tiers du temps de lecture de la presse

Voici les pointages relevés par nos enqueteurs :

19h30 : horaire de convocation du Conseil

20h13 : Arrivée de Madame Aubry

20h14 - 20h24 : Lecture de documents non identifiables, ayant probablement trait à l'ordre du jour

20h25 - 20h46 : Lecture du Figaro

20h47 - 21h15 : Lecture du Monde

21h16 : Madame Aubry quitte l'assemblée sans raison apparente

21h45 : Madame Aubry revient dans la salle du Conseil

21h46 - 21h50 : Lecture de documents non identifiables, ayant probablement trait à l'ordre du jour

21h51 - 22h20 : Lecture du Monde

22h21 - 22h25 : Lecture de documents non identifiables, ayant probablement trait à l'ordre du jour

22h26 - 22h30 : Lecture des Echos

22h31 - 23h25 : Participation effective aux débats

23h26 - 23h30 : Lecture du Monde

23h31 - 23h35 : Madame Aubry se lève et va s'assoir à cote d'un autre délégué, avec lequel elle entame une conversation apparemment sans rapport avec les débats

23h36 : Fin du Conseil

Et pendant ce temps d'inattention ou d'absence, étaient débattus des sujets aussi importants que le budget de la CAPS pour 2007 ou la création d'un centre de culture scientifique....

Mais surtout, il y a la manière: madame Aubry lisait ses journaux de façon ostensible (ou ostentatoire !), le journal légèrement dressé, de sorte qu'il était facile même à distance de lire les titres, passait les journaux à ses voisins (un peu gênés), etc.
Un vrai jeu de scène, comme s'il s'agissait de se donner une contenance dans une assemblée qui n'est pas de son bord (majoritairement à gauche), et de manifester ainsi le peu de considération qu'elle y porte. Image désastreuse pour la politique...

Si un beau jour Madame Aubry se retrouve dans l'opposition au Conseil municipal d'Orsay, viendra-t-elle avec sa pile de journaux ?