Tout d'abord, il faut noter qu'après avoir titré "LES TRANSPORTS : UNE ARDENTE ET URGENTE NÉCESSITE", les auteurs du Plan Campus se déclarent eux même incompétents et illégitimes pour les organiser ! Surprenant, vraiment, puisque le volumineux document est signé par… Vincent Pourquery de Boisserin, secrétaire d'Etat à l'aménagement de la région capitale ! Mais il est bien plus facile de botter en touche sur le STIF (Syndicat des Transports en Ile-de-France), quitte à inclure des cartes bigarrées illustrant le merveilleux maillage prévu pour irriguer (et féconder) le futur cluster.

Le Plan Campus de 2009 présente un projet de transports collectifs à réaliser en plusieurs phases de 2010 à 2030

1) Première et urgente nécessité :

Actuellement, les déplacements s'effectuent à 75% en voitures particulières et l'arrivée d'environ 50 000 personnes supplémentaires - étudiants, enseignants, chercheurs, personnels des entreprises, visiteurs - exige une amélioration rapide des circuits existants.

Les solutions proposées pour le court terme consistent à "optimiser" les réseaux actuels : RER B et RER C, en assurant des connexions souples est-ouest et nord-sud. Mais le RER B, avec 400 000 voyageurs /an est saturé aux heures de pointe. Seuls travaux en cours, la section du TCSP (Transport en Commun en Site Propre) de Massy à l'Ecole Polytechnique - 6,3 km - est en voie d'achèvement.

2) Les projets à court terme : cf. Carte transports Campus

La solution reposera sur deux lignes dites structurantes :

- une connexion est-ouest  du plateau vers le RER B (Massy / gare du TGV, Orly) et vers le RER C (Saint-Quentin en Yvelines, Evry). Cette connexion serait en TCSP, dont les travaux entre l'Ecole Polytechnique et Saclay puis Magny-les-Hameaux sont à l'étude.
- une connexion nord-sud entre les Ulis, Courtaboeuf, le Guichet et le RER C à Jouy-en-Josas et Versailles. Le Plan Campus ne donne aucune information sur le projet d'un éventuel TCSP, ce qui laisse supposer l'utilisation des axes existants  (N 118  en particulier).

Des lignes de dessertes dites "fines" – "Midibus" de 50 voyageurs- assureront les besoins de mobilité interne et d'échanges entre les zones de logements, d'enseignement, de services, d'entreprises, du nouveau Campus vers les vallées :

  • de l'Ecole Polytechnique au CNRS à Gif-sur-Yvette
  • de la gare RER d'Orsay vers Supélec, Soleil, en utilisant les lignes de desserte de l'actuelle Université Paris XI et du plateau du Moulon.

3) Les projets à moyen et long terme :

Les solutions enterrées (métro) ou prolongement des RER, sont lourdes et coûteuses donc dites " incompatibles avec des échéances à court terme".

4) Les investissements financiers et coûts d'exploitation :

  • Le budget de la section de TCSP entre Polytechnique et Le Christ de Saclay s'établit à 35 M€ et à 30 M€ pour la section Christ de Saclay - HEC, INRA à Jouy-en-Josas.
  • Les coûts d'exploitation du nouveau dispositif sont de 22 M€/an.

Le Clusterman de demain devra compter sur les dessertes organisées par les acteurs du Plan Campus : CEA, Ecole Polytechnique, Thalès, Onera, ... qui ont créé leurs propres lignes de bus. Mais, pour les jeunes étudiants (avant d'être chercheur, on est étudiant) qui ne résideront pas sur place, rien n'est précisé. Les déplacements risquent de coûter très cher, les sociétés d'exploitation n'étant pas des entreprises philanthropiques...

Et les liaisons douces pour piétons et cyclistes ? A ce jour, 6 km sont réalisés entre Massy et Polytechnique. Pas d'autre projet à l'horizon 2010-2030 : le choix est simple, le "clusterman" risque d'utiliser en priorité une voiture particulière.