Autre événement de la fin de l’année : une invitation lancée aux associations par la Ministre Valérie Pécresse pour discuter… De quoi on ne savait pas, d'autant que l’invitation intervenait après le vote de la loi… S’agissait-il de nous rouler dans la farine ? Avec les élections qui approchent… Alors prudence…
D’ailleurs ça sentait le traquenard, puisque deux jours avant le rendez-vous fixé au 9 décembre, le cabinet de la ministre nous informait que l’ordre du jour se limiterait à l'expression de nos commentaires sur les différents déménagements d'écoles et autres instituts sur le plateau et au plan Campus. En gros, discuter les détails du projet, et donc implicitement l’accepter… C’était un peu gros et nous ne sommes pas entrés dans ce jeu, le cabinet a reculé et a laissé un ordre du jour à peu près libre.

Mais au cours de la discussion, la Ministre a montré que son projet était non négociable : le point crucial de ce projet, ce qui lui fera franchir le point de non retour, à savoir le déménagement de la fac d’Orsay à proximité de Polytechnique, n’a jamais été mis en débat par la Ministre. Sur ces bases, nous étions donc bien là pour discuter des petits détails du projet… D’ailleurs, elle n’a pas évoqué la possibilité d’organiser un débat public sur l’aménagement du Plateau, et semblerait se contenter d’une concertation réduite, telle que proposée il y a quelques mois par la mission de préfiguration de l’établissement public Paris-Saclay….

Bref elle s’est montrée aussi imperméable que peut l’être un plateau bétonné… Mais pour se prémunir du risque d’instrumentalisation, nous avons rédigé un communiqué du collectif publié dès le lendemain et téléchargeable ici

Si l’objectif était de remonter dans les sondages pour les régionales, c’est un peu raté….