Oui, ça commence à bien faire, comme dirait vous savez qui...

Pour résumer les épisodes précédents: le Collectif "un autre avenir pour les pays de Saclay", dont CAS fait partie, a depuis l'automne participé à des groupes de travail auprès de la Mission de préfiguration de l'établissement public Paris-Saclay. La raison d'être de ces groupes de travail était de prendre en considération les attentes des associations vis à vis du projet.

Vu qu'aucune de ses attentes n'était prise en compte (et notamment la non consommation de terres agricoles et la priorité donnée à l'amélioration des transports en commun existants), nous avons choisi de rompre pour éviter de servir de caution à cette pseudo concertation.

Voici le communiqué qui nous avons lu mardi à la Mission pour expliquer cette rupture