Toujours la réunion du 6 Avril… au milieu de toute cette langue de bois, un peu de d’information sincère et loyale apportée par Hervé le Riche, représentant de la FCS. La FCS c’est la fondation qui s’occupe du projet scientifique du cluster, à savoir mettre ensemble 23 institutions de recherche et d’enseignement pour définir un projet commun. Ce grand ensemble, dont nous avons déjà dit combien il était bancal car traversé d’autant de rivalités que de coopération, était candidat à un financement de grande ampleur, un IDEX. Les IDEX (Initiative d’Excellence) font partie de cette panoplie d’instruments de financement de la recherche reposant sur la mise en compétition des équipes au sein de la communauté scientifique, au mépris de la culture de construction collective qui l’a toujours animé, mais passons, ce n’est pas ici le sujet.

Il se trouve que, comme on pouvait s’y attendre, le dossier de candidature IDEX Saclay a été recalé. Et Hervé le Riche a joué cartes sur table : très bien classé (A) sur le plan scientifique, il n’a reçu que la note C (les notes vont de A à C…) sur le plan de la gouvernance, n’ayant pas su convaincre le jury sur le projet de rapprochement à 10 ans des Grandes Ecoles et de l’Université. Ce coup de massue a même entraîné la démission du président de la FCS, Paul Vialle. Hervé Leriche a dit qu’il espérait bien être repêché lors de la session de septembre (en effet, comme quelques grands chéris du ministère de l’enseignement supérieur ont été recalés par les experts internationaux, on envisage in extremis une session de rattrapage)…

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas gagné, car après cet échec, les rivalités internes à la FCS s’aiguisent de nouveau. Les Grandes Ecoles semblent vouloir jouer perso. Leur idée serait de créer un établissement public «Campus Polytechnique» qui réunirait exclusivement les écoles de ParisTech situées ou prêtes à s’installer à Saclay (Polytechnique, Ensta, Ensae, Agro, Mines, Télécom, Institut d’optique Graduate School)… Bref ce n’est pas encore le MIT, mais c’est déjà Dallas…