Yvette Bourdessol, membre de « Citoyens actifs et solidaires » depuis sa création en 1995, nous a quittés le 21 mai. Elle s'était engagée dès la première heure dans notre association dont elle est rapidement devenue la secrétaire. Elle faisait en sorte que tous les projets nécessitant de coordonner les actions des uns et des autres, de tenir des délais, de résoudre les problèmes imprévus soient conduits à bien. C'est ainsi grâce à sa ténacité et sa patience que les bulletins de l’association pouvaient être bouclés, imprimés, distribués, ou que notre présence à la journée des associations était assurée. Toujours efficace et discrète.

Mais l'action d'Yvette au sein de l’association ne se limitait pas à ce sens de l'organisation. Elle était de tous les engagements depuis 1995, d'abord au sein de la liste municipale que nous avions présentée, puis dans les tentatives d'organiser, contre vents et marées, des conseils de quartiers à Orsay à la fin des années 90. Enfin, elle s'était impliquée dans l'organisation et l'animation des Forum sociaux locaux entre 2002 et 2005, avec notamment un atelier sur la consommation responsable lors de l'édition de 2005 aux Ulis, pour ne rappeler que quelques faits marquants. Et il faut aussi évoquer son engagement dans d'autres actions militantes, ATTAC ou la solidarité France-Palestine par exemple.

Et puis il y avait la manière, le « style » Yvette : toujours optimiste et volontariste (et regrettant de ne pas avoir pu participer à nos récentes actions), et toujours pleine d'humour, l'air de rien, en passant, et en toutes circonstances. Humour qui se mutait en fine ironie dès qu'elle voyait poindre l'hypocrisie dans les discours publics, ou en espiègle autodérision au sein de l'association, nous invitant à ne pas nous prendre trop au sérieux.

Son dévouement pour notre groupe, ses qualités d'organisatrice, son don pour la conciliation et la création de liens amicaux, et la chaleur humaine qu'elle dispensait envers chacun vont nous manquer, alors que nous espérions tant la voir revenir pour animer et tempérer nos discussions.

A nous de poursuivre les engagements de notre amie, à sa mémoire.