Construction de la cabane de résistance de NSDL; au fond début du déploiement des forces de l'ordre

Palettes de bois, planches, clous, marteaux, détermination et bonne humeur : tous les ingrédients étaient réunis pour la construction hier après-midi à Villiers-le-Bâcle de la première cabane de résistance du Plateau de Saclay. Une bonne dose d'improvisation parmi la cinquantaine de zadistes militants réunis : combien de palettes par mur ? 4 ou 6 ? Comment faire tenir les murs une fois qu'on les aura dressés et avant de mettre le toit ? Aucun doute, un petit échange d'expérience avec quelques bâtisseurs aguerris de NDDL, Montesson, Roybon, ou de la ferme des Bouillons aurait été nécessaire. Mais grâce à la réflexion collective, le chantier avance vite et le premier mur est prêt à être dressé. C'est alors qu'arrive, dans une voiture banalisée, un capitaine de gendarmerie, qui nous informe que la construction d'un dispositif de plus de 2 m2 au sol nécessite un permis de construire et qu'il devra verbaliser. Incrédulité, discussion entre zadistes militants. Entre temps arrivent deux autres voitures de gendarmerie puis deux ou trois autres, puis des fourgonnettes, au final pas loin d'une dizaine de véhicules et au moins 25 gendarmes.

Tout n'était pas improvisé du coté des zadistes militants qui n'avaient aucune intention de se mettre dans l'illégalité : évidemment l'exploitant agricole avait donné son accord pour cette action qui se déroulait sur ses terres, évidemment le maire de la commune était lui aussi prévenu. Il s'est d'ailleurs rendu sur place. Beaucoup d'improvisation par contre du coté des forces de l'ordre : cette obligation de permis de construire pour une emprise pour de 2 m2, on ne l'a trouvé nulle part. On a trouvé plutôt cela. En considérant que nous sommes dans un secteur sauvegardé (la Zone de protection naturelle, agricole et forestière du plateau de Saclay), une simple déclaration préalable de travaux autoriserait à bâtir un abri de 20 m2: à verifier. Au passage, il y a quantité d'abris de jardin dans les environs qui sont dans l'illégalité, mais que fait la police ? Deux poids, deux mesures ?

En tout cas, cette déclaration préalable, les zadistes militants ne l'avaient pas et ont pacifiquement remballé tout le matériel. Un échec en forme de victoire : un tel déploiement de forces de l'ordre du tac au tac montre bien combien les bâtisseurs-en-béton ont peur des bâtisseurs-en-bois : une cabane de résistance, n'est-ce pas le premier pas vers une [mot de 3 lettres que l'on n'écrit pas tellement il fait peur, commençant par Z et finissant par D avec un A au milieu] ? En tout cas, ceux qui n'y croyaient guère sont désormais déterminés, et ceux qui était déterminés le sont plus encore. Le buzz provoqué par cette maladroite intervention des forces de l'ordre (merci!) va booster Notre Saclay Des Landes (NSDL) épisode 2. A bientôt donc !

 

 Mise à jour du 21/07:

Le communiqué de presse de la Costif, qui était à l'initiative de cette action

L'article publié par Essonne Info

 L'article du Parisien

 Mise à jour du 22/07:

L'article de Reporterre