Les trophées du bétonneur 2015, qui récompensent les meilleures initiatives pour faire disparaître de la terre agricole et des espaces naturels, ont été remis il y a quelques jours aux membres d'une fine équipe en opération commando sur le plateau de Saclay. C'est le Parisien qui nous a alerté, dans ce bel article qui vaut son pesant de ciment-sable-gravier.

Le 2 octobre dernier, une délégation de « Expo France 2025 », qui porte la candidature française à l'exposition universelle de 2025, a donc visité le plateau de Saclay, pour voir comment il pourrait accueillir la dite exposition. Les membres de la délégation se sont auto-attribués, sur le champ (de blé), les très disputés Trophées du bétonneur :

Le Parpaing d'or, plus haute récompense, a été auto-attribué à lui-même par Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine et président de l’avant-projet de candidature française, pour sa déclaration « Saclay est une option intéressante. Le site a des atouts. Il a un potentiel foncier et incarne des valeurs d’innovations ». En bon français, le vocable « potentiel foncier » signifie terre agricole, c'est à dire espace vide où l'on peut bâtir à loisir. Malgré le Grenelle de l'environnement, la conférence environnementale et la COP21, les vieux réflexes du siècle passé ont la peau dure.

Le Parpaing d'argent a été arraché par Guillaume Pasquier, directeur général délégué de l’établissement public Paris-Saclay (EPPS) pour sa déclaration « C’est une très belle opportunité, vu la thématique tournée vers le futur » qui souligne donc implicitement l'inopportunité de l'agriculture, activité tournée vers le passé.

Le Parpaing de bronze, à notre grande surprise et notre grande tristesse, revient à David Ros, maire d'Orsay, qui a vu dans ce projet « une aubaine extraordinaire ». On a cru comprendre en effet que la ville d'Orsay pourrait tirer le gros lot, le lieu pressenti étant le secteur de Corbeville, situé en grande partie sur le territoire de la commune, et où l'on espérait que l'espace agricole puisse être préservé.

Une seule ombre au tableau, comme le rappelle l'article du Parisien : « pas de métro, pas d'expo » . Or le métro, dont l'opportunité a été mise en cause par les experts du transport (qui préconisent plutôt une modernisation du réseau existant) , suscite une forte opposition locale et risque de ne pas voir le jour... Cela donne des idées de slogan : No expo, no métro !

 

Souvenir souvenir... : En 2013, les bétonneurs du plateau de Saclay avait déjà reçu ce trophée, dans une cérémonie organisée par la COSTIF et Terres Fertiles, événement qui avait été couvert par nos reporters