Les autorités administratives se suivent et, pour des motifs multiples, émettent des avis négatifs à la construction de la ligne de métro 18. Cette fois-ci c’est le Commissariat Général à l'Investissement (CGI) qui rend un avis défavorable pour le tronçon Saclay-Versailles.

Mais qu’à cela ne tienne ! L’expertise des instances publiques ne vaut pas grand-chose pour les concepteurs de ces beaux projets que personne ne veut comprendre.

Pour Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), l’avis n’est pas une contrainte, il faut continuer! « La SGP assure que les projets de développement qui accompagneront la création de la ligne, notamment à Satory et Saint-Quentin Est, vont apporter suffisamment de nouveaux logements et d’usagers qui changeront leurs habitudes pour que le métro vaille le coup d’être réalisé », poursuit Le Parisien .

Philippe Yvin reconnaît une « rentabilité certes un peu faible, mais calculée avec des premiers éléments de fréquentation toujours estimés à minima », la ligne 18 doit être « prête jusqu’à Saint-Quentin-en-Yvelines pour 2024 », le président du directoire y voyant un « argument de plus pour l’obtention des Jeux olympiques ».

On comprend en effet : le métro n’est pas justifié. Mais si on le construit, alors l’urbanisation qui s’en suivra le justifiera a posteriori ! Mais c’est exactement ce que refusent les habitants. Et c’est pour ça qu’il faut refuser le métro car c’est lui qui créé la ville sur le plateau.