A grands renforts de trompettes, l’État annonce avoir sélectionné 152 projets, répartis sur toute la France, dans le cadre du "Plan Vélo et mobilités actives". Leur seront alloués 43,7 millions d'Euros, principalement pour assurer la continuité d'itinéraires aujourd'hui fractionnés.

Grandiose, pensez-vous? Que nenni !

Commençons par un peu de nombrilisme orcéen : on peut aisément constater en feuilletant la liste des projets retenus qu'aucun ne concerne le territoire de la CPS (Communauté Paris-Saclay) et a fortiori rien de rien pour Orsay. Tant pis pour nous ; nous continuerons d'affronter les pistes mal fagotées qui commencent et débouchent nulle part, de nous contenter des silhouettes de cycliste sur la chaussée, de devoir céder la priorité à tous les véhicules vrombissants sans même qu’ils soient prévenus de notre éventuelle survenue, de faire des détours pénibles, d’ahaner en poussant nos montures dans les escaliers, de risquer notre vie aux carrefours méprisant piétons et cyclistes...

Vélos = 43 M€ sur toute la France vs autos = 150 M€ de Saclay à Courtaboeuf

Mais savez-vous qu'en même temps, la dite CPS, l'EPAPS (Etablissement public d'aménagement Paris-Saclay), le Département, la Région et l’État vont engloutir près de 150 millions d'Euros dans la modification de trois ronds-points ("ring" des Ulis et carrefour de Mondétour, Christ de Saclay, rond-point de Corbeville) ; ceci dans la vaine perspective d’arriver à faire passer encore plus de voitures par la N118 et, par conséquent, de nous encrasser un peu plus les bronches (et il n'est toujours pas envisagé de recouvrement de la N118, notamment dans la cuvette orcéenne, seule opération qui s'intéresse aux habitants).

Certes, ces aménagements comprennent une amélioration des itinéraires cyclables dont on peut facilement imaginer la faible part dans ces travaux titanesques dévolus à la voiture. De plus les documents de l’enquête publique du projet d’aménagement du ci-devant rond-point et désormais « échangeur » de Corbeville mettaient en relief la désinvolture avec laquelle y sont traités les itinéraires cyclables.

Voilà une nouvelle preuve du peu de considération pour les "mobilités actives" par rapport au culte du tout-voiture : 43 millions sur toute la France d’un côté et 150 millions pour trois ronds-points de la N118.

Lien vers les projets sélectionnés sur le site de France mobilités.