Comme nous l’annoncions suite à notre participation à la journée des associations, nous nous sommes modestement engagés dans le débat des élections municipales en soumettant nos propositions pour Orsay à l’ensemble des listes candidates.

Nous avons reçu deux réponses, celles des listes « Orsay en action » conduite par Jean-Christophe Péral et « Ensemble, Vivons Orsay » conduite par David Ros. En ce qui concerne les deux autres listes, ne pas avoir répondu à ce questionnaire sans même s’en expliquer nous semble envoyer un très mauvais signal aux habitant.e.s sur les intentions des candidats, notamment pour celui qui affirme dans l’une de ses vidéos qu’il n’y a « pas de question interdite, pas de sujet tabou »...

On note avec satisfaction que, parmi nos 46 propositions, les deux listes qui nous ont répondu en ont identifié une dizaine, voire plus, qui ne faisaient pas partie de leur programme mais dont elles s’engagent à étudier la mise en œuvre pendant leur mandat. On garde cela en tête...

Pour un tiers de nos propositions, la réaction de la liste conduite par JC. Péral est mitigée :
- soit que ces propositions ne font pas partie de leur priorités (comme par exemple l’idée de mettre en place un comité citoyen de suivi des promesses de campagne électorale),
- soit que les co-listiers ne souhaitent pas se prononcer, par exemple sur la crise au SIOM ou sur l’accueil des gens du voyage (dans son commentaire général, JC. Peral fait état des réticences de ses colistiers sur certaines de nos propositions, lui même y étant à titre personnel favorable : mais alors, cette liste n’est-elle pas trop hétéroclite?),
- soit encore, dans un cas, que la liste s’oppose à une de nos propositions : celle d’instaurer un volume d'eau à prix réduit pour les besoins essentiels. Rien de révolutionnaire pourtant, il s’agit juste de considérer que, pour les besoins vitaux, l’eau doit être très peu chère, car c’est un droit fondamental, et que plus l’on va vers des besoins de « confort », plus le tarif augmente, ce qui au passage incite à faire des économies. La ville de Libourne l’a fait, pourquoi pas nous ?

Pour plus de la moitié de nos propositions, la liste conduite par D. Ros déclare les avoir déjà dans son programme. Mais on n’y retrouve pas notamment notre proposition, déjà citée plus haut, de mettre en place un comité citoyen de suivi des promesses de campagne électorale. Et pour la plupart des autres, on ne les retrouvent pas toujours de façon explicite. Nous prenons donc acte de ces déclarations d’intention avec vigilance. Par ailleurs, une dizaine de nos propositions sont évaluées comme ne relevant pas des compétences du Maire : c’est sans doute vrai, mais n’est-ce pas une façon facile de se défausser, comme par exemple au sujet de l’urbanisation du plateau de Saclay ? Il y a enfin deux propositions sur lesquelles les co-listiers ne souhaitent pas se prononcer : d’une part le refus du cumul de mandats électoraux, simultanés ou répétés dans le temps (on comprend pourquoi, puisque David Ros se présente pour un troisième mandat consécutif), et d’autre part le refus d’un projet d’hôpital réduisant encore l’accès aux soins (logique également, puisque l’actuel Maire défend ce projet de nouvel hôpital et ne partage pas notre diagnostic à son sujet).

Au delà de ce qui transparaît dans les réponses à notre enquête, cette liste a elle aussi un caractère hétéroclite : à côté des alliés traditionnels du PS (EELV, PCF) qui étaient déjà dans l’actuelle majorité, on retrouve 4 candidats LREM, dont trois en position d’être élus en cas de victoire. S’opposer au niveau national sur des grandes options de société et gouverner ensemble localement : de quoi déconcerter bon nombre d’électrices et électeurs...

Cette analyse se termine volontairement sans conclusion : nous publions ici pour la liste Péral et  ici pour la liste Ros l’ensemble des réponses apportées par chacune des listes pour que chacun puisse se faire sa propre opinion.