Pour booster la speed-concertation (voir article précédent), rien de tel que d’avoir déjà un projet tout fait. Ce n’est pas tout à fait le cas, mais la Ministre de la recherche Valérie Pécresse a des idées : pour le campus Saclay, elle a proposé « des constructions qui seraient polarisées autour des activités sous forme d'un archipel habité sur l'étendue du plateau ».

Un archipel sur l’étendue du plateau ? Quelle belle formule, pleine de poésie…. En terme d’aménagement du territoire, cela porte un autre nom : le mitage des espaces naturels et agricoles par l’urbanisation : on dispose sur un territoire des petits îlots urbains isolés que l’on relie ensuite par des corridors qui eux-mêmes enflent jusqu’à ce que ce soient les espaces naturels qui deviennent un archipel un milieu d’une mer urbaine.

Au détour de ce brillant projet urbanistique, on note que la ministre de la recherche semble remettre en cause la division du travail avec son collègue Christian Blanc : au départ c’était à elle le projet scientifique, à lui le projet d’aménagement qui va avec. Comment a-t-elle osé sortir de ses platebandes ? Peut-être parce que la nature a horreur du vide : le projet du Grand Paris de Christian Blanc semble se réduire à une French Silicon Valley, un grand huit et 20 gares disposées sur le dit grand huit. Un peu court comme projet d’urbanisme. Et puis il y a les régionales en mars, il faut occuper le terrain….