La SGP et l'EPPS planifient de concert une ligne 18 qui a des hauts et des bas ; plus exactement -aux dernières nouvelles- un tronçon souterrain entre Orly et Palaiseau et un tronçon aérien en viaduc, jusqu’au CEA dans un premier temps (la prolongation vers Versailles attendra). Il est question de 3 milliards d'Euros de budget.

Un peu avant le CGI (cf. notre précédent article), c'est le STIF qui a récemment examiné le projet SGP-EPPS et s'est permis de nombreuses remarques, tenant tant au fait que cette ligne doit se construire sans mettre à l'arrêt les lignes actuelles, s'interconnecter avec l'existant, s'exploiter professionnellement, remplir les conditions de sécurité…

Après ce hors d’œuvre, le STIF émet des réserves quant à la rigueur des estimations budgétaires et du calendrier de réalisation.

Cerise sur le gâteau, le STIF constate la faiblesse de la rentabilité économique du projet, en comparaison des autres lignes du Grand Paris. En effet le trafic attendu, n'est, selon la SGP, que de 100 000 voyageurs par jour le long de ses 35 km. C'est celui d'une ligne de tramway (le T1 transporte 190 000 voyageurs par jour sur 17 km) et est indigne d'un métro (en moyenne 400 000 pour 15 km).

De plus la SGP semble avoir fortement pifomètré ses chiffrages car le STIF lui réclame l'évaluation socio-économique dont l'évaluation des bénéfices des usagers. Quel crime de lèse-majesté ! Obliger la SGP et l'EPPS à considérer qu'il existe des usagers voire des habitants ! Mais où allons-nous ? Pourquoi pas les consulter pendant que nous y sommes !